soldesfb

×

Avertissement

JFolder::create: Boucle infinie détectée

Le Slackline. Le Slack... quoi ?

 


 

Chaque année, nous découvrons de nouvelles tendances, aux noms parfois insolites.

 

Le Slackline est l’un d’eux.

 

Dérivé du funambulisme, il est à considérer comme un sport à part entière. Le terme « slack » désigne aussi bien le sport que la sangle utilisée. Contrairement au funambule qui progresse sur un fil d'acier, le slackeur (pratiquant du slack) avance sur une sangle élastique et dynamiqueL'élasticité complique les choses. Elle exige une maîtrise encore plus accrue de l'équilibre. Histoire de pimenter le tout, le Slackline se pratique sans harnais.

 

slackline-6-webslackline-3-webslackline-4-web

 

L'avantage de lasangle est qu'elle peut s'utiliser un peu partout (poteaux, murs d'escalade, arbres...).

 

Grâce à sa matière légère et résistante, les points d'ancrage sont bien moins sollicités qu'avec le câble d'acier du funambule.

 

La discipline se distingue en trois catégories :

 

• La longline, à comprendre le slack urbain. La sangle est à environ 50 cm du sol et plus molle. Le but est de parcourir la plus longue distance.

 

• La jumpline se pratique pour en mettre plein la vue. La sangle est très tendue sur une courte distance et sert de trampoline pour faire un maximum de figures impressionnantes.

 

• La highline est de loin la plus impressionnante. La sangle est placée à une hauteur vertigineuse. Un seul faux pas du slacker lui garantit une mort certaine.

 

En montagne, c'est bien sûr cette dernière sur laquelle on s'arrête.

En pleine nature, c'est entre deux falaises, à la cime des arbres ou même, au-dessus d'un lac que les amateurs chercheront à ancrer leur sangle.

D'ailleurs, de plus en plus de passionnés équipent la montagne, notamment en France. Des compétitions voient le jour un peu partout.

 

Pour pratiquer ce sport, il faut une bonne dose de maîtrise de soi, une concentration sans faille et ... un brin de folie, car sous vos pieds : le vide

Comme pour l'escalade, le but est de se faire plaisir et surtout, de se dépasser.

 

Les sensations viennent par étape, avec, au final, frissons et adrénaline assurés.

 

slackline-1-webslackline-5-webslackline-web

 

Nous parlons ici de slackers confirmés mais ne vous y trompez pas, c’est à la portée de tout le monde.

 

Avec une bonne dose de volonté et de patience, vous pouvez atteindre l'extrémité de votre « première ligne » en quelques heures.

 

Pour jouer les fins connaisseurs, n'hésitez pas à utiliser ces expressions : « je vais faire du slack » ou « je monte sur la slack ».

 

Pour une initiation aux joies du slack, n'hésitez pas à contacter la station des Contamines.